mardi 14 août 2018

Merci


Comment terminer une journée en beauté en utilisant la gratitude ?
Depuis 1990, de nombreuses études scientifiques ont prouvées l'efficacité de la gratitude sur notre santé et notre bonheur. 
Selon un article de la Harvard Mental Health Letter, « la gratitude est étroitement et systématiquement associée à un plus grand bonheur. La gratitude aide les gens à éprouver plus de sentiments positifs, à apprécier les bons moments, à être en meilleure santé, à surmonter les épreuves et à nouer des relations solides ».

Le mot gratitude tire son origine du mot latin “gratitudinem”, qui signifie reconnaissance, ou encore de “gratus”, qui signifie agréable. 

Nous pourrions dire que la gratitude, c’est reconnaître ce qui est agréable dans nos vies.
Dire merci, rendre grâce, avoir de la gratitude,... est excellent et Dieu nous y encourage aussi au travers de la Bible :
1 Thessaloniciens 5.18 "Exprimez votre reconnaissance en toute circonstance, car c’est la volonté de Dieu pour vous en Jésus-Christ."

Malheureusement, la gratitude n’est pas automatique chez l’être humain. 

Cependant, vous pouvez la développer et en faire un geste quotidien.
Il y a des dizaines de raisons de dire merci dans une journée, à vous de trouver vos petites ou grandes reconnaissances et à les partager en famille.
Je vous invite donc à jouer au jeu des 3 MERCI (ou plus ;p), chaque jour avec vos enfants.
Dans l'idéal, choisissez un moment en fin de journée, pendant le repas, au cours du rituel du coucher...

Pour vous aider voici une liste (non exhaustive) :

MERCI POUR ...
- ce moment que j'ai préféré dans la journée
- Cette chose qui m'a donné de la joie
- Ce qui s'est bien passé
- Ce que j'ai aimé voir
- Cette personne à qui j'ai aimé parler
- Ce que je suis fier d'avoir accompli
- Souhaites-tu dire merci à quelqu'un en particulier? .....
Exprimer sa gratitude envers Dieu et envers notre entourage est une excellente habitude qui peut vraiment changer votre vie.

Blog Havah

samedi 11 août 2018

Bâton de parole


Vos enfants se disputent souvent ?
Vous êtes parfois en conflit avec l’un d’eux ?
Testez le bâton de parole pour faciliter la discussion et la résolution des problèmes.
De quoi s’agit-il ?
Si vous souhaitez avoir une bonne idée de ce qu’est le bâton de parole, je vous invite à regarder cet extrait du livre d’Aurore Gauthier « Et si on discutait comme Arthur et Mila ? » :

Ce bâton de parole à fabriquer préalablement est un relai qui invite celui qui le possède à parler sans être interrompu puis à être donné à l’autre personne qui s’exprimera à son tour. Et ainsi de suite.
L’idée est de suivre un certain protocole dans l’expression :
  • décrire les évènements
  • exprimer les émotions ressenties (« je suis tristes/ en colère/…)
  • proposer des solutions
  • réparer le lien (demander pardon)
  • passer à l’action selon les solutions choisies
En Mélanésie, ce bâton de parole, tel un sablier, chronomètre et autorise le temps de parole de chaque orateur durant l'écoulement des grains qu'il contient. 
Dans l’album d’Arthur et Mila, Arthur renverse involontairement la construction de sa soeur.
Une dispute éclate mais la discussion va pouvoir s’établir grâce au bâton de parole.
Mila accuse son frère de l’avoir fait exprès pour l’embêter mais Arthur lui assure qu’il voulait seulement lui montrer quelque chose.
À ce moment-là, la maman intervient en verbalisant le ressenti des enfants : « Vous êtes tous les deux tristes. Comment arranger les choses ? »
Arthur propose d’aider à refaire la tour de Mila qui est d’accord.
Les deux enfants sont calmés et en plus ils ont trouvé une solution pour collaborer et s’amuser ensemble. Le lien est réparé.
Dans cette scène, la maman est intervenue mais avec de la pratique, les enfants pourront avoir recours au bâton de parole en autonomie.

Le bâton de parole est précieux car :
  • il apprend à écouter
  • il développe l’empathie et l’intelligence sociale
  • il facilite la recherche de solutions commune (collaboration)
  • il augmente l’autonomie
Un article de "PapaPositive"

À lire :
« Et si on discutait comme Arthur et Mila ? » (4-7 ans) d’Aurore Gauthier.

lundi 6 août 2018

Cueille et mange


 Connaissez-vous cette plante ?

La nuit du 05 au 06 août 2018, je me suis réveillée trois fois à une heure d'intervalle avec cette image en tête, sans savoir de quelle plante il s'agissait.
Une voix retentissait en même temps, disant : "Cueille et mange!"

Je n'ai pas compris ce que signifiait cette vision, alors j'ai fait des recherches et j'ai découvert que cette plante était en effet comestible si elle était cuite et mangée avec parcimonie, à peine sortie de terre.
Ces jeunes plantes s'appellent en fait des crosses de fougère, ou  têtes de violon.
Il parait que ce sont des petits bijoux de verdures sauvages et rafraîchissants qui apparaissent très tôt au printemps. Elles sont particulièrement riches en protéines et les caroténoïdes qu’elles contiennent procurent des effets antioxydants. Il faut les cueillir et les déguster avec parcimonie et elles font partie des herbes amères, comme la chicorée, le pissenlit ou le raifort...

Apprendre que ces jeunes plantes étaient des herbes amères m'a mise sur la voie, car le livre de l'Exode parle des herbes amères mangées par les hébreux pour célébrer Pessah.

Exode 12. 8 « Cette même nuit, on en mangera la chair, rôtie au feu ; on la mangera avec des pains sans levain et des herbes amères » 

Paul Calzada explique dans l'un de ses articles que c’est ce même mot ‘méror’ (herbes amères), qui est employé dans Exode 1.14: « Ils leur rendirent la vie amère (méror) par de rudes travaux…  »
Et que nous retrouvons la même racine, dans le mot ‘mara’. Voilà pourquoi Naomi dira : « Appelez-moi Mara, car le Tout-Puissant m’a remplie d’amertume » (Ruth 1.20).

Et il ajoute que ces herbes amères rappellent que la souffrance est inséparable de la vie ; qu’elle fait partie de notre condition humaine. Il y aura toujours une part de larmes au sein de toute vie. Il y aura des rires et des pleurs, des chants d’allégresse et des vallées de larmes. La vie chrétienne, ce n’est pas un chemin sans ornières, un tapis de roses tout au long de la vie, mais, c’est des victoires avec des larmes, des joies accompagnées de peines.

Ces trois derniers jours, j'avais en effet à plusieurs reprises dû manger ces herbes amères, et je cherchais à les fuir, me plaignant de leur existence...
Par ces visions répétitives, le Seigneur voulait me signifier que je ne devais pas fuir les situations attristantes ou qui me mettaient en colère, mais les avaler, les digérer, même si elles avaient un goût amer...
Je devais cueillir ces jeunes pousses aussitôt qu'elles apparaissaient, les cuire et les manger sans tarder afin qu'elles ne m'intoxiquent pas.

Hébreux 12:15  "Veillez à ce que nul ne se prive de la grâce de Dieu; à ce qu’aucune racine d’amertume, poussant des rejetons, ne produise du trouble, et que plusieurs n’en soient infectés."
 

dimanche 5 août 2018

Redevabilité



Romains 13.8  "Ne devez rien à personne, si ce n’est de vous aimer les uns les autres ; car celui qui aime les autres a accompli la loi."

Proverbes 27.17 "Tout comme le fer aiguise le fer, l’homme s’aiguise au contact de son prochain."

Hébreux 10.24 "Veillons les uns sur les autres pour nous inciter à l’amour et à de belles œuvres."

Jacques 5.16 "Avouez-vous donc vos fautes les uns aux autres et priez les uns pour les autres afin d’être guéris. La prière du juste agit avec une grande force."

Qu'est-ce que la redevabilité?

La définition du dictionnaire donne deux explications :

·         Fait de ne pas avoir réglé sa dette et donc de rester débiteur envers quelqu'un.C'est un terme fort qui désigne une dette, une obligation, un engagement moral d'une personne envers une autre.

·         Fait d'avoir des obligations envers quelqu'un.


Être redevable à quelqu’un, c’est décider de lui rendre compte de sa vie dans le but de se protéger ou de grandir. C'est donc un principe utile pour développer la maturité ou la croissance spirituelle dans la vie du croyant et pour faciliter les fonctionnements interpersonnels (relations) et organisationnels (église & services).

La qualité d’être redevable consiste à rendre compte, à répondre et à s’acquitter des devoirs relatifs à la responsabilité qui nous a été confiée.

Victor Hugo écrivait : "La responsabilité peut être un labyrinthe"
Si la responsabilité peut réellement devenir à un moment donné, une caused'errance ou d'égarement, il est donc utile et sage, d'un côté d'être redevable à d'autres, tout en ayant un cœur près à la remise en question, à la redirection.


1. REDEVABLE ENVERS DIEU

Romains 3.23annonce que tous ont péché et sont privés de la gloire de Dieu et Romains 3.19 précise que tout le monde est coupable devant Dieu.

Le salaire du péché, c'est donc la mort, la séparation éternelle avec Dieu, loin de sa face, dans le tourment et le regret à l'infini…

Mais la bonne nouvelle, c'est quenous pouvons échapper à cet enfer et être graciés de ce châtiment éternel par le don gratuit de Dieu, c’est-à-dire grâce à Jésus-Christ qui est mort à notre place sur la croix.

Romains 6.23 "Car le salaire du péché, c’est la mort; mais le don gratuit de Dieu, c’est la vie éternelle en Jésus-Christ notre Seigneur."

Constamment nous devons être conscients que Jésus a payé notre dette et que nous lui serons toujours reconnaissants, n'ayant aucun moyen de lui rendre ce qu'il a fait pour nous !

1 Pierre 1.18-19nous annonce que nous avonsété rachetés … non par des choses corruptibles, de l’argent ou de l’or, mais par le sang précieux de Christ. 
Sur la croix, Jésus-Christ s’est chargé de nos péchés.
Il a supporté la condamnation que nous méritions de la part de Dieu.
Il a payé notre dette !

1 Timothée 2. 5-6 "Il y a un seul Dieu, et aussi un seul médiateur entre Dieu et les hommes, Jésus-Christ homme, qui s’est donné lui-même en rançon pour tous."

Seuls ceux qui croient en Jésus Christ et acceptent le salut qu'il leur offre ainsi que sa Seigneurie sur leur vie, peuvent bénéficier de sa grâce divine.
Et cette grâce particulière, c'est l'effacement de leur dette, c'est la vie au lieu de la mort, la lumière au lieu des ténèbres, le ciel plutôt que l'enfer…

Seuls les rachetés pourront chanter un cantique nouveau dans le ciel disant : "Tu es digne … car tu as été immolé, et tu as racheté pour Dieu par ton sang, des hommes de toute tribu, et langue, et peuple, et nation." Apocalypse 5.9

La redevabilité nous rappelle sans cesse que nous sommesdes pécheursau bénéfice de la grâce divine.
1Jean 1.8-10 "Si nous disons que nous n’avons pas de péché, nous nous séduisons nous-mêmes, et la vérité n’est point en nous. Si nous confessons nos péchés, il est fidèle et juste pour nous les pardonner, et pour nous purifier de toute iniquité.
Si nous disons que nous n’avons pas péché, nous le faisons menteur, et sa parole n’est point en nous."

Une redevabilité cohérente est un moyen d'être protégé par Dieu, car même si nous marchons depuis longtemps avec lui, nous devons être conscients que nous pouvons encore trébucher et commettre un grave péché ; personne n'est à l'abri !
Nous avons besoin de la bienveillance divine et de sa grâce à chaque instant de notre vie.

1Corinthiens 10.12"Que celui qui croit être debout prenne garde de tomber!"

La redevabilité nous maintient dans une dépendance pleine de reconnaissance et d'humilité envers Dieu. Car même si nous sommes des nouvelles créatures, et que nous avons reçu la puissance du Saint Esprit, nous savons que nous sommes parfois faibles et susceptibles de faire le mal qu'on ne voudrait pas faire !

L'apôtre Paul, lui-même l'a affirmé dans Romains 7.21"Je trouve en moi cette loi: quand je veux faire le bien, le mal est attaché à moi."

La redevabilité envers Dieu semble une évidence, tant il a fait pour nous et tant nous avons toujours besoin de lui. Mais il existe dans la vie chrétienne, un autre type de redevabilité qui n'est pas aussi évidente et pratiquée que la première, c'est la redevabilité entre frères et sœurs.


2. REDEVABILITE ENVERS MES FRERES ET SŒURS
Pour comprendre cette redevabilité, nous devons d'abord bien garder en mémoire le fait que tous ont péché et que nous sommes tous en lutte.

Nous sommes tous égaux devant Dieu, tous des rachetés dépendant de sa grâce.

Cette évidence doit nous permettre de partager librement avec nos frères et sœurs en Christ, elle doit nous rendre transparents, humbles et compréhensifs envers eux.

Alors si comme Caïn, vous vous demandez si vous êtes le gardien de votre frère (ou de votre sœur), la réponse est OUI, vous l'êtes !

Le terme hébreu "shamar" traduit par "être le gardien" signifie aussi : veiller sur, protéger, avoir soin, être en charge de…

La redevabilité nous permet de confesser des envies coupables et des tentations, nous permettant ainsi de ne pas y céder concrètement.
Elle nous permet aussi de confesser nos péchés pour en être libérés.

Jacques 5.16"Confessez donc vos péchés les uns aux autres, et priez les uns pour les autres, afin que vous soyez guéris. La prière fervente du juste a une grande efficace."

Ce verset signifie que nous devons reconnaitre ouvertement et exprimer nos péchés, nos errances, nos manques de droiture les uns aux autres, pour prier efficacement les uns pour les autres.Seule la vérité affranchit ; seule la confession libère du péché ; nous devons être justes si nous voulons être restaurés et guéris.

Proverbes 28.13"Celui qui cache ses transgressions ne prospère point, mais celui qui les avoue et les délaisse obtient miséricorde."

Mais la redevabilité, ce n’est pas juste le fait de partager nos fautes, nos manquements et nos erreurs à nos frères et sœurs et d’entendre leurs réprimandes ; même si les blessures d’un ami sont un signe de sa fidélité.

Proverbes 27.6"Les blessures d’un ami prouvent sa fidélité, mais les baisers d’un ennemi sont trompeurs."

Il est aussi écrit dès le livre du Lévitique 19.17 "Tu ne haïras point ton frère dans ton cœur; tu auras soin de reprendre ton prochain, mais tu ne te chargeras point d’un péché à cause de lui."

Nous devons donc nous reprendre les uns les autres avec amour et douceur, sans haine ni esprit de condamnation, car la redevabilité doit aussi être une occasion de s'édifier les uns les autres et de permettre que chacun soit encouragé à regarder la bonté et la grâce de Dieu, manifestées à la croix de Christ. Entre frères et sœurs, nous devons mutuellement nous rappelerqui nous sommes en Christ, totalement acceptés, enfants du Très-Haut et pardonnés.

Ephésiens 1.5-8 PVV"Dieu s’était proposé à l’avance, dans son plan, de nous adopter par amour comme ses propres enfants par Jésus-Christ. Tel a été son dessein bienveillant, telle sa volonté. Il nous a comblés de joie en nous faisant part de sa grâce, afin que nous célébrions cette grâce éclatante et magnifique, par laquelle il nous a enrichis et englobés dans l’amour éternel qu’il porte à son Fils. C’est par ce Fils et au prix de son sang, que nous avons été libérés de ce qui nous tenait en esclavage, c’est parce que nous sommes un avec lui que nous avons été lavés du péché et que toute offense a pu nous être pardonnée généreusement, à la mesure des richesses de sa grâce. Cette grâce, il l’a déversée sur nous à profusion; elle a débordé dans nos vies et ouvert nos yeux à la vérité."

Nous devons nous rappeler les uns aux autres que nous bénéficions de cette grâce immense et imméritée et que nous pouvons nous approcher de Dieu pour lui réclamer son aide et son pardon.

La redevabilité se décline de maintes façons, si nous voulons bien l'appliquer à notre communion fraternelle:

1- Grâce à elle, nous ressentons un amour réel et profond envers les autres chrétiens, car Dieu transforme de simples connaissances ou amis en véritables frères et sœurs. Nous sommes alors consacrés les uns aux autres, voués à nous aimer d'un amour inconditionnel et éternel.

Le monde chrétien offre de nombreuses formations très utiles qui concernent les enfants, les jeunes, les couples, ou encore leadership, la louange, la relation d'aide ou l'évangélisation, mais qu'en est-il de l'amour ?

Jésus a pourtant dit dansJean 15.17 "Ce que je vous commande, c’est de vous aimer les uns les autres." 

C'est un commandement essentiel et central dans les enseignements de Jésus, et qui a été détaillé par l'apôtre Paul dans son épitre aux Romains 12.10, lorsqu'il écrit :
"Par amour fraternel, soyez pleins d’affection les uns pour les autres; par honneur, usez de prévenances réciproques."

C'est par amour pour Dieu et pour nos frères et sœurs que nous sommes redevables les uns vis-à-vis des autres. Nous ne plaçons pas notre foi dans nos frères et sœurs, mais nous devons quand même leur faire confiance, savoir lâcher prise sans craindre d'être déçus, blessés…

Nous savons en qui nous avons cru, nous connaissons notre identité en Christ, nous savons aussi que aucun être humain n'est ni parfait ni infaillible… mais nous devons nous aimer malgré tout inconditionnellement avec patience et persévérance.

1 Corinthiens 13.7 (PVV) "Aimer, c’est faire confiance à l’autre et attendre le meilleur de lui, c’est espérer sans faiblir, sans jamais abandonner. C’est savoir tout porter, tout surmonter."


2- Même si les uns vis-à-vis des autres, nous sommes tentés de porter des jugements plutôt que de répandre la grâce, nous devons néanmoins mettre en avant la grâce et l’amour que Dieu nous a manifestés à travers le jugement de Jésus sur la croix.

Romains 14.13"Ne nous jugeons donc plus les uns les autres; mais pensez plutôt à ne rien faire qui soit pour votre frère une pierre d’achoppement ou une occasion de chute." 
(Sauf en ce qui concerne la pratique du  péché qui nous place devant la nécessité de juger ceux du dedans mais toujours dans l'amour…. 1 Corinthiens 5.12"Qu’ai-je, en effet, à juger ceux du dehors ? N’est-ce pas ceux du dedans que vous avez à juger ?")


Être redevable nous maintient dans l'humilité et la transparence mais pas dans l'humiliation et le contrôle.

Romains 12.16 "Ayez les mêmes sentiments les uns envers les autres. N’aspirez pas à ce qui est élevé, mais laissez-vous attirer par ce qui est humble. Ne soyez point sages à vos propres yeux."

Nous devons tout mettre en œuvre pour créer une communauté de confiance et d'amour, débarrassée de la crainte des jugements qui condamnent.

Si nous nous jugeons les uns les autres, nous créeront une communauté craintive et hypocrite, où chacun se cachera, demeurera sur la défensive et dans ses péchés, dans la honte et la culpabilité.

Au contraire, nous devons nous revêtir de la bienveillance divine pour répandre la grâce autour de nous et permettre à chacun d'être soi-même, à chacun de confesser ses défaillances et d'en être libérés.

Proverbes 14.9  "Les insensés se font un jeu du péché, mais parmi les hommes droits se trouve la bienveillance."


3- En Christ chacun de nous a l’occasion d’être honnête et transparent.
La redevabilité doit nous maintenir dans la vérité et la lumière.

Éphésiens 4.25"Renoncez au mensonge, et que chacun de vous parle selon la vérité à son prochain; car nous sommes membres les uns des autres."

Le mensonge, la duplicité et l'hypocrisie sont des caractéristiques des hommes pécheurs vivant encore dans les ténèbres.

Dans l'évangile de Jean 8.44, Jésus a affirmé que ceux qui ne peuvent comprendre et vivre dans la vérité et dans la lumière divine ont pour père le diable, parce que ce dernier ne se tient pas dans la vérité et qu’il n’y a pas de vérité en lui. Lorsqu’il profère le mensonge, il parle de son propre fonds, car il est menteur et le père du mensonge.

Et l'apôtre Paul d'ajouter dans son épitre aux Ephésiens 5.8"Autrefois vous étiez ténèbres, et maintenant vous êtes lumière dans le Seigneur. Marchez comme des enfants de lumière!"

Rien ne peut être caché quand vous vivez dans la lumière!

1 Jean 2.9"Celui qui dit qu’il est dans la lumière, et qui déteste son frère, est encore dans les ténèbres."


4- Pour marcher dans la vérité (avec la vérité pour ceinture qui nous permet de  maintenir la force de Dieu dans nos vies) et dans la lumière, nous devons nous pardonner les uns les autres chaque fois que c'est nécessaire.

Même si une amitié honnête conduit parfois à blesser l’autre, plutôt que de rester sur une offense ou sur une blessure, nous devons nous pardonner et nous supporter les uns les autres. Pardonner = donner par-dessus l'offense.

Le terme grec "charizomai" pour "pardonner" signifie aussi : donner librement, gracieusement, être bienveillant, remettre une dette,rendre quelque chose plaisant ou agréable à quelqu’un, faire une faveur à, gratifier, préserver une personne en péril.

Supporter = porter, en nous plaçant au-dessous de l'autre, avec humilité.

Le terme grec "anechomai" pour "supporter" signifie aussi : soutenir, écouter et s'affermir !

Colossiens 3.13 "Supportez-vous les uns les autres, et, si l’un a sujet de se plaindre de l’autre, pardonnez-vous réciproquement. De même que Christ vous a pardonné, pardonnez-vous aussi."

La redevabilité nous amène à pardonner et à supporter nos frères et sœurs, comme Christ l'a fait pour nous. Elle nous conduit à nous écouter les uns les autres avec bienveillance, à nous soutenir les uns les autres, à nous affermir les uns les autres en Christ et à faire grâce à ceux qui se repentent de leurs péchés.


5- La redevabilité, c'est aussi porter les fardeaux les uns des autres dans la prière et dans les actes.

Galates 6.2 "Portez les fardeaux les uns des autres, et vous accomplirez ainsi la loi de Christ."

Les fardeaux, dont il est ici question, sont les soucis, les accablements et les difficultés qui pèsent lourd sur nos épaules.

Porter les fardeaux les uns les autres, c'est s'écouter les uns les autres avec empathie, c'est prier les uns pour les autres en apportant à Christ tous nos fardeaux, c'est aussi nous rendre service les uns les autres par des actes concrets.

En agissant ainsi, l'apôtre Paul affirme que nous accomplirons la loi de Christ.
Attention, la loi de Christ n'est pas celle de Moïse!

La loi de Christ est celle de l'amour et elle est accessible à tous ceux qui vivent et demeurent en Christ, par la puissance du Saint Esprit.

L’autosuffisance dit : "Je n’ai pas besoin des autres", mais l’humilité implore l’aide de ceux que Dieu a placés sur notre route.

Cette habitude qui consiste à partager et prier avec les autres va inévitablement nous apprendre à jeter nos soucis sur le seul qui peut pleinement supporter leur poids et qui nous aime d’un amour sans faille.

1Pierre 5.7"Déchargez-vous sur lui de tous vos soucis, car lui-même prend soin de vous."


3. REDEVABILITE EN TERMES D'IMPUTATION.
La notion d'imputation est profondément biblique, elle consiste à attribuer à quelqu'un, à quelque chose la responsabilité d'un acte répréhensible, d'un fait blâmable ou fâcheux. Dans ce sens nous pouvons dire que nos péchés ont été imputés à Christ qui les a portés à notre place sur la croix devant Dieu.

Mais l'imputation, c'est aussi porter une somme au débit ou au crédit d'un compte et dans ce sens nous pouvons dire que notre compte a été imputé ou crédité de la justice du Christ qui nous a été attribuée. On parle alors de la double imputation.

Nous devons donc comprendre que la notion de redevabilité repose sur une imputation, c’est-à-dire le fait qu'un « autre » a mis quelque chose sur notre compte, en nous attribuant des actes pour lequel nous devront rendre compte.

Romains 4.6-7"De même David exprime le bonheur de l’homme à qui Dieu impute la justice sans les œuvres: Heureux ceux dont les iniquités sont pardonnées, et dont les péchés sont couverts !"

Le mot "impute" se dit en grec "logizomai". Un tel mot la réalité. Si je "logizomai" ou décompte que sur mon livre de banque il y a 250 euros, c’est bien que j’ai 250 euros en banque, autrement je me trompe, je m’abuse moi-même.
Le mot se réfère à des faits, non à des suppositions.

C’est donc une personne extérieure qui rend une « autre » responsable des conséquences de son action.

L'imputation de la justice du Christ à nos vies ne nous défait pas de la responsabilité de vivre comme il convient à des chrétiens. Bien au contraire, l'imputation, nous communique tout ce qui est nécessaire et utile pour y parvenir.

L'imputation est plus bien qu'une simple impunité (qui est l'absence de sanction) et qui serait une sorte porte ouverte à la poursuite des mauvais comportements, si elle était détachée de toutes notions de redevabilité.
Mais l'imputation spirituelle revêt aussi des notions de responsabilisation…!

Parce que la redevabilité est liée à l’idée de dette, elle s’insère au sein des relations.
Il en découle la nécessité de vivre en conformité de la dette qui nous as été remise et du crédit qui a été porté à notre actif.

La redevabilité doit nous amener à rendre compte de nos comportements (elle réclame de la transparence : celui qui avoue ses fautes et les délaisse obtient miséricorde….) et en assumant les actes et les impacts de son activité (redevabilité, rendre des comptes).

Rendre des comptes de sa vie à Dieu et aux autres, de son service, de ses engagements, de la responsabilité qui nous a été confiée, c'est manifester l'esprit de redevabilité qui découle de la double imputation.
C'est une manifestation de gratitude et de maturité.

Cette notion de redevabilité qui est au cœur du message biblique est difficile à mettre en œuvre au sein d'une société individualiste qui ne comprend et n'accepte l'imputation que dans le fait de charger les autres de nos propres fautes, sans jamais réaliser la part de responsabilité qui découle du simple fait de vivre au contact des autres et avec les autres. 

Pourtant vivre au contact des autres et qui plus est dans la corporalité de l'Eglise en tant que corps du Christ devrait nous permettre de comprendre et de pratiquer la redevabilité.

1 Corinthiens 12.26  "Et si un membre souffre, tous les membres souffrent avec lui ; si un membre est honoré, tous les membres se réjouissent avec lui."


Conclusion
Dieu nous rappelle que sans lui, nous ne pouvons rien faire, et pour nous le rappeler, il a utilisé un grand moyen : l'Eglise, c’est-à-dire le rassemblement des frères et des sœurs qui ont répondu à son appel et qui marchent sur le même chemin.

Dieu nous honore en nous rendant participants de son œuvre et responsables les uns des autres.
Il nous enseigne ainsi qu'on ne peut changer, grandir et atteindre la nature parfaite de Christ sans être redevables envers Dieu et envers nos frères et sœurs, nos responsables spirituels.Christ lui-même ne faisait rien sans se référer à son Père céleste.

Jean 8.28"Jésus leur dit: Quand vous aurez élevé le Fils de l’homme, alors vous connaîtrez ce que je suis, et que je ne fais rien de moi-même, mais que je parle selon ce que le Père m’a enseigné."

D'autre part, Christ s'est engagé à la vie à la mort envers ceux que son Père lui avait confié.
Dans l'évangile de Jean 17.12, Jésus a dit à son Père :"Lorsque j’étais avec eux dans le monde, je les gardais en ton nom. J’ai gardé ceux que tu m’as donnés, et aucun d’eux ne s’est perdu, sinon le fils de perdition, afin que l’Ecriture fût accomplie."

Nous devons suivre l'exemple de Christ, notre maître ; nous devons marcher dans l'empreinte de ses pas, dans la poussière de ses sandales… nous devons, comme lui, obéir fidèlement à notre Père céleste et lui être éternellement reconnaissants pour son œuvre d'amour et de grâce.
Nous devons, comme Christ, donner nos vies pour nos frères et sœurs.

1 Jean 3.16 "Nous avons connu l’amour, en ce qu’il a donné sa vie pour nous; nous aussi, nous devons donner notre vie pour les frères."

Avec un tel verset, il n'y a aucune place pour l'individualisme dans le corps du Christ.

Lorsque l'apôtre Jean parle de donner nos vies, il n'utilise pas le terme "bios" qui signifierait alors : "mourir en martyr"; mais, il utilise le terme "psuche" signifiant "cœur ou âme", c’est-à-dire notre être profond…

Donner notre vie à nos frères et sœurs et leur être redevables, c'est donc aussi leur faire bénéficier de nos capacités intellectuelles, de notre bonne volonté et de nos sentiments les meilleurs, de nos talents et de ce que Dieu a fait de nous…Ce n'est pas faire cavalier seul, c'est vivre au sein d'un corps qui implique que les actions des uns impliquent celle du corps entier.

L'amour du Seigneur n'est pas seulement symbiotique(association étroite de plusieurs organismes différents, mutuellement bénéfique, voire indispensable à leur survie), il est aussi transcendant..!(il va bien au-delà de nous-mêmeet appartenant à un ordre supérieur nous ramenant à l’idée d’extériorité et de supériorité).
Il nous unit à Dieu et les uns aux autres, tout en nous élevant au-dessus de nos capacités humaines limitées.
Cet amour nous sublime et nous transfigure de gloire en gloire à l'image de Christ, si nous acceptons la redevabilité verticale, envers Dieu, et horizontale envers nos frères et sœurs.
Cet amour se multiplie à l'infini si nous suivons l'exemple de Christ qui paya notre dette en donnant sa vie.

Message prêché par Xavier Lavie le 05 aout 2018