jeudi 21 mars 2019

Les méditations de Leonagria et Nymphea 7


Psaumes 16 version littérale amplifiée :

Hymne de David. 
Garde-moi Dieu en qui je cherche refuge !
Je dis à l’Éternel Adonaï, tu es bon !
Ceux qui sont consacrés et mis à part, ceux du  pays, les conducteurs pieux, font mon délice.
Ceux qui cherchent les faveurs d’un autre dieu ne feront qu’augmenter leurs tourments. 
Je n’offrirai pas leurs offrandes de sang. je n’aurai pas même leur nom sur mes lèvres. 
L'Eternel est mon partage et mon calice ; tu maintiens mon héritage.
Un héritage agréable et beau est ma part échue.
Je loue continuellement l'Eternel qui me conseille ; la nuit mes reins (siège de mes émotions et de ma conscience) m'exhortent et m'instruisent.
Je suis constamment en accord (en harmonie) avec l'Eternel ; Puisqu'il est à ma droite je ne chancellerai pas. 
Mon coeur se réjouit, mon âme tressaille de joie et mon corps repose en sécurité.
Tu ne rejetteras pas mon âme dans le séjour des morts, tu ne permettras pas que ton bien aimé voie la fosse de l'enfer.
Tu me feras connaitre le chemin de la vie ; on se rassasie de joie devant ta face, et de délices éternelles à ta droite.

Nous avons particulièrement apprécié la version parole de vie :

Poème de David. Ô Dieu, tu es mon abri, protège–moi !
2  Je dis au SEIGNEUR : « Tu es mon plus grand bonheur. »
3  Dans ce pays, ceux qui appartiennent à Dieu sont des gens de valeur, ils me plaisent beaucoup.
4  Ceux qui choisissent un autre dieu souffriront de plus en plus. Faire des offrandes de sang aux faux dieux ? Jamais ! Et ma bouche ne dira même plus leur nom.
5  SEIGNEUR, c’est toi que je reçois en partage, tu es la part qui me revient, ma vie est dans ta main.
6  La part que tu me donnes, je l’apprécie. Pour moi, c’est un cadeau magnifique.
7  Je remercie le SEIGNEUR qui me conseille. Même la nuit, ma conscience me parle.
8 Sans cesse, je me souviens du SEIGNEUR. Puisqu’il est près de moi, je ne tombe pas.
9  Alors mon coeur se réjouit, je danse de joie, mon corps est totalement en sécurité.
10  Non, tu ne m’abandonnes pas dans le monde des morts, tu ne laisses pas ton ami fidèle pourrir dans la tombe.
11  Tu me fais connaître le chemin qui conduit à la vie. Quand tu es là, la joie déborde, auprès de toi, le bonheur ne finit pas !



Le Psaumes 16 est une réponse au Psaume 15.
Il montre ce que le fidèle trouve en Dieu : le meilleur des héritages, la sécurité dans la vie et la mort et la joie pour toujours.
Il met en opposition les fidèles et les infidèles et démontre la fidélité de Dieu des versets 1 à 8.
Il montre les conséquences d'être fidèle à Dieu des versets 9 à 11.

Les infidèles multiplient leurs souffrances en courant vers des idoles. Cf Psaumes 127.
On peut se poser la question : Que cherchons-nous à accumuler ? Après quoi courrons-nous ? 
Quelles sont les idoles de nos cœurs ?

Le fidèle a confiance en Dieu, il ne désire aucun autre bien que Dieu lui-même, il fuit l’idolâtrie et trouve sa joie en Dieu.
Il cherche Dieu, il proclame ses bontés, il bénit l’Éternel et ne chancelle pas ; au contraire il se réjouit et se repose en lui !

Dieu est fidèle et bon pour ceux qui se confient en lui ; Il est leur refuge, leur Seigneur, leur partage, leur conseiller, leur calice, leur joie, leur allégresse, leur sécurité, leurs délices éternelles, leur sentier de la vie. (Jean 14.6)
Dieu est l'héritage, le donateur et le conseiller ; il est tout notre partage !
Il est tout ce dont nous avons besoin pour combler nos faims et nos soifs, celui qui règle notre destinée et pourvoit pour le présent comme pour le futur.

Si avant de nous endormir, nous venons dans sa présence pour nous accorder à lui, notre cœur sera dirigé et repris pour accomplir la volonté divine le jour suivant.
Tout notre être (corps-âme-esprit) peut se reposer en lui et se réjouir en lui !
Cf. Psaumes 23 et Psaumes 91. Psaumes 3.6

Dieu se met entre nous et nos ennemis ; nous ne voyons que lui et devenons alors inébranlables.
Pour ne pas chanceler, nous devons fixer nos regards sur notre Dieu, l'Eternel des armées, le Dieu vivant et tout puissant qui nous protège et veille sur nos vies !
Psaumes 34.5 - Psaumes 37.


 Sophie et Fémi

 

samedi 16 mars 2019

Les méditations de Leonagria et Nymphea 6


Joël 2.13 (version littérale amplifiée) "Déchirez vos cœurs (votre être intérieur:  âme et esprit) non pas vos vêtements et revenez à L'Eternel (Celui qui est), Elohiym, car il est miséricordieux, rempli d'amour, de compassion et de tendre affection ; il est patient et lent à la colère, et sa grâce est grande! Il se repent du mal dont il a menacé (il console et réconforte dans le malheur).

Le prophète Joël cherche à communiquer à tout le peuple l’émotion dont il est saisi.
La crainte du jugement qui s’approche doit le réveiller de l’engourdissement spirituel.
Le chapitre 12 est un appel solennel à la repentance.
Le peuple est appelé à revenir à Dieu de tout son coeur ; c'est un appel à creuser dans les profondeurs de l'être intérieur pour y découvrir tout ce qui déplait à Dieu, pour délaisser ces péchés et obéir à Dieu.
Dieu ne se contente pas d'une inspection intérieure rapide et superficielle, laissant le peuple dans une religion de façade.
Esaïe 29.13 "Le Seigneur a dit de ce peuple: Il n’est proche de moi qu’en paroles, c’est du bout des lèvres qu’il m’honore. Mais de coeur il est loin de moi. Le respect qu’il dit avoir pour moi n’est qu’une tradition humaine, une leçon apprise."

Dieu veut un peuple authentique, non des gens qui ont l'apparence de la piété (2 Timothée 3.5), c'est pourquoi ils ne doivent pas seulement déchirer leurs vêtements (signe de deuil et de vive émotion à cette époque), mais leur coeur, siège de leurs pensées, de leur intelligence, de leurs sentiments et de leur spiritualité...

1 Corinthiens 11.31-32 "Si nous commencions par nous examiner nous-mêmes, nous éviterions de tomber sous le jugement de Dieu. Mais nous sommes jugés et corrigés par le Seigneur afin que nous ne soyons pas condamnés avec le monde."

Le prophète cherche à communiquer à tout le peuple l’émotion dont il est saisi.
La crainte du jugement qui s’approche doit le réveiller de l’engourdissement spirituel.
Il appelle le peuple entier à cette sainte convocation, à jeûner, pleurer et supplier Dieu de ne pas envoyer le châtiment (l'adversité) sur son peuple qui s'est éloigné de lui.

Plus loin, (verset 17) nous lisons que ce sont, surtout les sacrificateurs qui doivent donner l’exemple et en quelque sorte le ton, en intercédant pour eux-mêmes et pour le peuple.
Tous doivent se mettre à part, se purifier et se consacrés.

Dieu est celui qui est, immuable, saint et parfait. Il est Elohyim, le Dieu trinitaire, celui qui est amour mais aussi justice.
En s'éloignant de Lui, le peuple pêche et se met sous le jugement divin ; en revenant à lui, le peuple se sanctifie et se met sous sa grâce pleine de bénédictions...

Il est des choses que Dieu veut d’une, manière absolue; c’est par rapport à celles-là qu’il est dit de lui, qu’il n’est pas homme pour mentir, ni fils de l’homme pour se repentir; mais il y a des promesses et des menaces qu’il fait conditionnellement et de l’accomplissement desquelles il se désiste, si les conditions morales qu’elles supposent viennent à ne pas se réaliser.
Nombres 23.19 "Dieu n’est pas un homme pour mentir, il n’est pas un être humain pour avoir du regret. Ce qu’il a dit, ne le fera–t–il pas ? Ce qu’il a déclaré, ne le réalisera–t–il pas ?"

Si Dieu est capable de revenir sur les châtiments qu'il avait prévu de nous accorder, ne sommes -nous pas capables de revenir de nos mauvaises voies et de nous tourner vers le seul capable de nous bénir par sa grâce ?

D'une même âme et d'une même pensée, le peuple (petits et grands) doit se détourner de ses mauvaises voies et revenir à Dieu de tout son être !

Sophie et Fémi

vendredi 8 mars 2019

Les méditations de Léonagria et Nymphéa 5


Psaumes 29

Psaume de David.
Fils de Dieu (sous entendu les anges) rendez à l’Éternel (Celui qui est), 
rendez à l’Éternel gloire et honneur
Rendez à l’Éternel gloire pour son nom
Prosternez vous devant l’Éternel avec des ornements sacrés
La voix de l’Éternel sur les eaux, le Dieu de gloire tonne ; L’Éternel est sur les grandes eaux.
La voix de l’Éternel est puissante, la voix de l’Éternel est majestueuse.
La voix de l’Éternel brise les cèdres ; l’Éternel brise les cèdres du Liban,
il les fait bondir comme les veaux ; 
et le Liban et le Sirion (un des noms de l'Hermon) comme de jeunes buffles.
La voix de l’Éternel fait jaillir des flammes de feu.
La voix de l’Éternel fait trembler le désert ;  l’Éternel fait trembler le désert de Kades.
La voix de l’Éternel fait trembler les biches ; elle dépouille les forêts.
Dans son palais (le ciel où les anges sont) tout s'écrie : Gloire !
L’Éternel était sur son trône lors du déluge ; l’Éternel sur son trône règne éternellement.
L’Éternel donne force, puissance et protection à son peuple ;  l’Éternel bénit son peuple et lui donne sa paix, sa faveur et son salut."

Alors que les Psaumes 8, 19 et 104 dé­crivent les grandes œuvres de Dieu dans leur cours ré­gu­lier et pai­sible. Le Psaume 29 nous fait en­tendre dans l’o­rage la voix même de l’Éter­nel ébran­lant toute la créa­tion, et, de cette ma­ni­fes­ta­tion de puis­sance, si ef­frayante pour l’homme étran­ger à Dieu, il tire, pour le peuple de l’Éter­nel, un en­cou­ra­ge­ment et un gage de sé­cu­rité.
Dans les deux versets de l’introduction (versets 1 et 2), comme dans les deux versets de la conclusion (versets 10 et 11), le nom de l’Éternel est répété quatre fois avec une solennité particulière. 
Dans le corps du psaume (versets 3 à 9), la voix de l’Éternel est mentionnée à sept reprises, et chaque fois comme produisant des effets plus saisissants. 
C’est sans doute avec raison que l’on a rapproché de cette description la vision de l’Apocalypse où les menaces de Dieu sont représentées sous la forme de sept tonnerres. 

Cette force divine, que les anges contemplent avec étonnement (verset 1), qui éclate dans l’orage, qui a détruit et détruira les méchants comme lors du déluge (verset 10), l’Éternel la met au service de son peuple, pour lui assurer la paix.

Ce chant d’un orage accompagné de tonnerre s’entend dans la grande salle du ciel, et les anges sont sommés de se joindre à la louange et à l’adoration de l’Éternel. 
Les versets 3-9, cœur du poème, décrivent le passage de la tempête, depuis les eaux de la mer de l’ouest, à travers les collines boisées du nord de la Palestine, jusqu’aux déserts de Kadès à l’extrême limite d’Édom. 
Cet événement est décrit non comme une démonstration des forces de la nature, mais comme une symphonie à la louange du Créateur.  
La partie descriptive du Psaume se divise en trois stances égales qui correspondent à la formation, à l’éclatement et au passage de l’orage. 
Mais le phénomène naturel est constamment, et de toute évidence, subordonné aux forces spirituelles.
Elle est suggérée par les répétitions semblables à des murmures éloignés. 
Les eaux en crue qui descendent des collines côtières où la pluie tombe déjà donnent l’impression d’une énergie colossale qui parle de la gloire, de la puissance et de la majesté de Dieu.  
Les branches des grands arbres sont secouées, puis arrachées par les rafales violentes, qui laissent les troncs déchiquetés et brisés. 
Le point culminant de cette grande tempête est décrit de façon à suggérer une puissance déchaînée, pareille à l’action d’un veau ou d’un buffle gambadant avec une folle exubérance. 
Le Mont Hermon semble s’unir aux pics du Liban dans une danse folle, alors que la tempête tourbillonne autour de lui. 
Puis l’orage s’éloigne vers l’est. 
Il y a tant d’arbres déracinés que le feuillage qui reste sur la colline boisée est maintenant insuffisant pour cacher les grosses branches brisées et les troncs abattus. 
 La gloire et l’honneur de l’Éternel ne sont pas révélées par le seul pouvoir sauvage de la nature, mais aussi par la dignité impressionnante de la haute cour des cieux ; là où les anges  s’inclinent dans une sainte adoration. 
En effet, toute action, toute pensée est centrée sur l’Éternel lui-même qui règne éternellement et qui accorde résolument à son peuple, non seulement sa force, mais aussi la bénédiction de la paix (versets 10,11). 
Ce Psaume unit adroitement le naturel et le spirituel tout en accentuant clairement le second aspect. Le premier terme, rendez, est un appel à l’adoration, le dernier, heureux,  sous-entend la volonté de Dieu de bénir. 
Le pouvoir divin suscite le premier et accorde le second, mais la création ne peut pas en donner plus qu’un indice élémentaire, bien que terriblement impressionnant.
  • La voix de l’Éternel est puissante, pleine de force et de pouvoir.
  • La voix de l’Éternel est majestueuse, pleine de magnificence et de gloire.
  • La voix de l’Éternel brise, c'est à dire : rompt, déchire, frappe, coupe comme une épée à double tranchant. Hébreux 4.12 "Car la parole de Dieu est vivante et opérante, et plus pénétrante qu’aucune épée à deux tranchants, et atteignant jusqu’à la division de l’âme et de l’esprit, des jointures et des moelles; et elle discerne les pensées et les intentions du coeur."
  • La voix de l’Éternel fait bondir, sauter, danser
  •  La voix de l’Éternel creuse, taille,  prépare, grave, fait jaillir... Jérémie 23.29  "Ma parole n’est-elle pas comme un feu, dit l’Éternel, et comme un marteau qui brise le roc?"             Jean 7.38 " Celui qui croit en moi, des fleuves d’eau vive jailliront de son coeur, comme dit l’Écriture."
  •  La voix de l’Éternel engendre, effraye, fait trembler, transperce... Psaumes 33.9  "Oui, il dit, tout est; il ordonne, tout naît." Jean 6.18 "Quand il sera venu, lui, il confondra le monde en matière de péché, de justice et de jugement" - Elle fait enfanter les biches ou les fait trembler ??? Elle fait trembler le désert de Kades (sacré, consacré) ou le fait enfanter ???
  • La voix de l’Éternel dépouille, découvre, met à nu, écrème.. Hébreux 4.13 "Il n’est rien dans la création qui puisse être caché à Dieu. A ses yeux, tout est à nu, à découvert, et c’est à lui que nous devons tous rendre compte."
La voix de L’Éternel est presque toujours associée à l'écoute, à la compréhension et à l'obéissance dans la bible. Si elle est parfois un murmure doux et léger (1Rois 19.12), elle peut aussi retentir comme les grandes eaux (Ézéchiel 43.2) - Ne nous agitons pas ! Faisons lui confiance et demeurons dans la paix.  
Psaumes 46:10  "Tenez-vous tranquilles, et sachez que je suis Dieu: je serai exalté parmi les nations, je serai exalté sur la terre." 
Ésaïe 30.15 "Car ainsi dit le Seigneur, l’Éternel, le Saint d’Israël: C’est en revenant et en vous tenant en repos que vous serez sauvés; dans la tranquillité et dans la confiance sera votre force. "

La voix c'est Jésus Christ, la parole faite chair !
Hébreux 1:2  Dieu nous a parlé par le Fils en ces jours qui sont les derniers. 
 
Hébreux 4.7 "Aujourd’hui, si vous entendez sa voix, n’endurcissez pas vos cœurs."
L’Éternel règne éternellement et donne à son peuple force, puissance et protection.
Il le bénit et lui donne un état de perfection, la sûreté, la santé, la quiétude, la tranquillité, la paix, le contentement  la paix dans ses relations humaines et aussi avec Dieu...
Même si nous traversons le chaos comme Noé, si nous appartenons à Dieu et demeurons dans l'arche, nous n'avons rien à craindre, car Dieu veille et contrôle tout.
Avec les anges, rendons lui gloire, car il est la source de toutes choses, le Dieu immanent et transcendant qui règne sur toutes choses... (voir Psaumes 91)

Disons comme Esaïe 50.4 Que le Seigneur l’Éternel réveille nos oreilles pour que nous écoutions comme des disciples !
Que sa voix retentisse à nos oreilles, qu'elle soit comme une épée pour couper et émonder tout ce qui ne le glorifie pas dans nos vies ! 
Que sa voix nous remplisse aussi de joie pour nous faire sauter d'allégresse et nous donner envie de danser.
Que sa voix creuse nos coeurs pour y faire de la place, qu'elle nous taille comme un morceau de marbre à l'image de Christ, qu'elle grave les pensées de Dieu dans nos âmes, qu'elle fasse aussi jaillir le feu de l'Esprit de nos vies.
Que sa voix nous fasse trembler de crainte respectueuse devant Lui et qu'elle nous fasse engendrer des fruits à sa gloire !
Que sa voix nous dépouille de notre ancienne nature pour que nous revêtions Christ ! Qu'elle nous mette à nu, qu'elle mette à la lumière ce dont nous devons nous débarrasser et qu'elle écrème les scories de nos cœurs éprouvés.
Que sa voix retentisse dans nos cœurs afin que nous puissions lui obéir et recevoir toute la force, la puissance, la protection et la paix dont nous avons besoin chaque jour de nos vies !

Citations :
"Les gens confus écoutent mieux que les gens qui ont des idées arrêtées." Larry Crabb

"L'homme est un apprenti, la douleur est son maître, et nul ne se connait le temps qu'il n'a pas souffert." Alfred de Musset

"L'âme humble cherche davantage à glorifier Dieu dans l'affliction plutôt que de chercher à en sortir." S. Charnock

"La déception nourrit l'espoir en la rendant nécessaire." Larry Crabb



«Je suis vivant, dit le Seigneur, que tout genou se ploiera devant moi, 
et que toute langue confessera hautement Dieu» Esaïe 45:23.

dimanche 3 mars 2019

Ezer et Alluwph


Genèse 2.18 "Et l’Éternel Dieu dit: Il n’est pas bon que l’homme soit seul; je lui ferai une aide qui lui corresponde."
Introduction
Lorsqu'on demande aux futurs mariés quel est à leur avis l'objectif premier du couple, beaucoup pensent au romantisme, à une sexualité saine répondant aux normes divines et à leur désir de construire une famille, mais peu pensent au but originel prévu par Dieu : l'amitié.

Quand nous avons rencontré Alexa et Herbert dans le cadre de leur formation à la vie de couple, cette notion d'amitié est rapidement ressortie et elle est peu commune à la majorité des couples que nous avons suivis.Mais ils avaient raison car le but originel du couple est avant toutes choses d'être les meilleurs amis du monde !Mais pas n'importe quels amis…

Lorsque la Bible parle d'amitié, elle emploie deux termes hébreux qui s'appliquent parfaitement à l'homme et la femme créés par Dieu.
Ces deux termes sont "Ezer" et "Alluwph".

Les connaissez-vous ?

Lorsque Dieu a créé le monde, il a chaque fois regardé ce qu'il venait d'accomplir et a dit "C'est bon."
Il l'a dit à sept reprises, soulignant ainsi combien sa création était magnifique et glorieuse.
Mais en Genèse 2.18, nous lisons :"Il n’est pas bon que l’homme soit seul."

Le contraste avec les versets précédents est surprenant et soulève une question : comment la condition d'Adam pouvait-elle être qualifiée de pas bonne, alors qu'il vivait dans un monde parfait et bénéficiait d'une communion parfaite avec Dieu ?

La réponse se trouve dans la conception d'Adam en Genèse 1.26"Faisons l'homme à notre image."
Ce pluriel révèle que l'homme fut créé par le Dieu trinitaire : Père, fils et Esprit en constante interaction les uns avec les autres et s'aimant d'un amour infini et parfait.

Etre créé à l'image de ce Dieu trine signifie donc que nous sommes conçus non pour être seuls et n'avoir qu'une relation verticale avec Dieu, mais aussi pour avoir des relations horizontales avec d'autres êtres humains.

Voilà aussi pourquoi toute la loi et les prophètes dépendent de ces deux commandements :
"Tu aimeras le Seigneur, ton Dieu, de tout ton cœur, de toute ton âme et de toute ton intelligence et tu aimeras ton prochain comme toi–même."Matthieu 22.37-39

Dieu est amour et puisque nous avons été créés à son image, nous avons viscéralement besoin d'aimer et d'être aimés.
Voilà la raison pour laquelle Dieu a créé un "EZER" à Adam.

Ce terme hébreu EZER a souvent été traduit par une aide semblable, mais en réalité EZER est plus que cela !
Le concept d'aide peut porter à confusion et réduire la femme à un rôle subalterne, comme on considèrerait une employée de bureau, une secrétaire, une anonyme fidèle et dévouée quelque peu décorative.

En réalité le terme EZER s'applique aussi à Dieu et il n'est jamais péjoratif.

Il signifie aussi secours et soutien  au même titre qu'une poutre soutient tout un édifice.

UNE POUTRE ET UN TOIT
Dès le commencement, Dieu dans son plan parfait, voyait déjà le foyer comme étant une maison avec différents attributs.
En effet, pour bâtir une maison et protéger ceux qui y habitent, il faut bien entendu un toit, et pour que celui-ci puisse tenir, il faut également des poutres (dont une poutre maîtresse) qui constituent un appui pour la toiture.

Chaque élément qui compose la maison n’a donc pas la même fonction afin que celle-ci soit bâtie dans une parfaite harmonie.

Comme nous le savons, l’homme est le chef de la femme mais il est aussi son meilleur ami.

En hébreux il existe un mot tout à fait approprié pour qualifier un mari, c'est "ALLUWPH".

ALLUWPH est employé plus de soixante fois dans la bible pour décrire à la fois un ami intime, un confident et un chef.

L'exemple le plus flagrant étant décrit dans le Psaumes 55.13"C’est toi mon égal, mon confident et mon ami…" lorsque David parle à Achitophel.

·         L’homme est donc l'ami intime de la femme ; il n'y a pas plus intime puisqu'elle est à la fois os de ses os et chair de sa chair et qu'ils ne font plus qu'un dans le cadre du mariage.
Genèse 2.23-24"l’homme dit: Cette fois, celle-ci est os de mes os et chair de ma chair; celle-ci sera appelée femme (Isha), parce qu’elle a été prise de l’homme (Ish). C’est pourquoi l’homme quittera son père et sa mère, et s’attachera à sa femme, et ils seront une seule chair."

·         Il est aussi son confident au sens le plus profond et étymologique du terme, c’est-à-dire celui à qui elle doit faire confiance.

·         Il est son égal au sens ontologique du terme, c’est-à-dire par leur nature. Galates 3.28"Il n’y a plus ni homme ni femme, car vous tous, vous êtes un en Christ-Jésus."

·         Mais il est aussi son chef au sens noble du terme, non comme un despote dominateur, mais comme Christ qui protège et dirige l'Eglise. Ephésiens 5.23"Le mari est le chef de sa femme, comme le Christ est le chef de l’Église."

ALLUWPH est donc cet ami intime, cet égal, ce confident et ce chef… et si on veut conserver l'image de la construction du foyer, il est la toiture qui protège son foyer et qui est à la fois tourné vers l'extérieur pour ensuite éduquer ses enfants, au sens étymologique du mot latin"educare", c’est-à-dire les conduire au-dehors du giron maternel avec bienveillance et soin.

La femme, elle, est l'EZER, l'aide, le secours, le soutien… et pour poursuivre dans l'image de la construction du foyer : la poutre, l’appui sur lequel l’homme pourra s’appuyer.

Dans 1 Timothée 3.15, il est écrit que l’Église est la colonne et l’appui de la vérité.
La vérité étant Jésus-Christ, l’Époux de l’Église.

Tout comme l’Église est la colonne et l'appui de la vérité pour Jésus-Christ, la femme doit être une colonne et un appui pour le maintien de son mari qui est son toit.

Nous voyons par-là, que l'homme et la femme ont tous deux un rôle important à remplir dans le couple.

Que devient l'un sans l'autre ?

Comment un toit peut-il demeurer sans poutre pour le soutenir ?

Et à quoi peut servir une poutre si elle n'a pas de toit au-dessus d'elle ?


Pour que le couple fonctionne le plus harmonieusement et le plus efficacement possible, il faut que les deux :
·         aiment Dieu et demeurent dans une communion verticale constante avec Lui, qu'ils méditent sa Parole et lui obéissent.

·         Ils doivent également être équipés par le Seigneur afin de supporter leurs fonctions respectives. En effet, soutenir un toit et être un toit ce n’est pas une mince affaire… d’où la nécessité d’aller puiser cette force en Dieu, car ce n’est que par Lui que cette fonction peut être convenablement exercée.

·         Les époux étant les meilleurs amis du monde, les amis les plus intimes, les confidents l'un de l'autre, ils doivent aussi pouvoir agir avec réflexion et maturité et non par sentimentalisme et émotion… C’est un aspect qu’il ne faut pas négliger, car en effet, ces critères peuvent être des occasions de chutes pour un couple. C’est pour cela, qu'ils doivent être spirituels.

·         Ils doivent rester à la place que Dieu leur a donnée, sans usurper celle de l'autre et sans en abuser. Dieu a fait et établi toutes choses parfaitement. Autrement dit, la femme doit toujours rester sous la protection de son mari. En effet, lorsque nous voyons une maison ce n’est pas la poutre que nous allons voir premièrement mais plutôt le toit. Par conséquent, la femme a également pour responsabilité la discrétion, elle ne doit pas être tout le temps exposée. Car si la poutre est toujours dehors, qui la protègera des tempêtes, des pluies et des vents qui pourront parfois s’abattre sur la maison ? Et le mari doit demeurer ce toit protecteur sans écraser celle qui le soutient et sans fuir ses responsabilités.

·         Leur complicité est importante. N'oublions pas qu'en Christ ils sont aussi frère et sœur !

Conclusion
Comprenons que l’épanouissement de ces deux amis EZER et ALLUWPH dépendent de leur relation avec Dieu premièrement, mais l’homme dépend aussi de la femme pour s'épanouir, et inversement, la femme pourra être épanouie et remplir convenablement son rôle d’aide semblable si le chef est un bon toit.

Plutôt que d'être influencés par le monde, il est nécessaire de replacer le couple au cœur du plan divin, en tenant compte de la créature autant que de son Créateur. Ainsi, replacer l'homme et la femme au cœur du plan divin, c'est le placer devant Christ et son Eglise qui demeurent le modèle par excellence.

Christ en tant que modèle ne se résume pas à une norme à suivre, une liste de comportements à adopter, un feelling à avoir….il nous permet, en réglant la question du péché, d'entrer dans une relation à Dieu, au sein de laquelle on redevient peu à peu ce pourquoi l'on a été créé.   

L'homme n'est pas une machine à faire qui se contenterait de reproduire ; il a été créé à l'image de Dieu qui disait à Moïse : "Je suis celui qui suis".
Vivre c'est être, et être ne se résume pas uniquement à faire…!

Dieu est fidèle pour vous accompagner dans votre pèlerinage terrestre ensemble afin que vous soyez et restiez les meilleurs amis du monde !

Timothy Keller"Se marier, c'est faire équipe à deux et avec Dieu dans le voyage de la vie  jusqu'à son trône. C'est s'engager à être un vecteur de l'œuvre divine dans la vie de son /sa bien aimé(e) jusqu'au jour où ensemble on se tiendra devant Dieu, chacun voyant l'autre dans sa beauté et sa gloire parfaite."


 Prêché par Xavier Lavie le 2 mars 2019 pour le mariage de Alexa et Herbert


vendredi 1 mars 2019

Les méditations de Léonagria et Nymphéa 4

 Psaume 27 De David

"L’Éternel est ma lumière et mon salut, de qui aurai-je crainte ? 
L’Éternel est la force de ma vie, de qui aurai-je peur ?
Quand les méchants se sont approchés de moi pour dévorer ma chair comme des bêtes sauvages, mes ennemis, mes adversaires se sont épuisés et ont été précipités.
Si une armée campait contre moi, mon cœur ne craindrait pas ; 
si une guerre s’élevait contre moi, j’aurais confiance car j’ai demandé une chose à l’Éternel, 
que je recherche : habiter dans la maison de l’Éternel tous les jours de ma vie, 
pour contempler la grâce de l’Éternel et admirer  son temple.
Car, au jour du malheur, il me protègera dans sa tente, il me tiendra caché dans le secret de sa tente ; il m’élèvera sur un rocher.
Et déjà, ma tête s'élève au-dessus de mes ennemis qui m'entourent ; et j'offrirai des sacrifices dans sa tente au son des trompettes retentissantes ; je chanterai et je célèbrerai l’Éternel.

Éternel ! écoute ma voix. Je t'appelle. Aie pitié de moi et réponds-moi
Mon cœur dit : Cherchez ma face. Je chercherai ta face, ô Éternel
Ne me cache pas ta face, ne repousse pas ton serviteur avec colère. 
Tu as été mon secours; ne me délaisse pas, et ne m’abandonne pas, ô Dieu de mon salut!
Quand mon père et ma mère m’auraient abandonné, l’Éternel me recueillera.
Éternel, enseigne-moi ton chemin et conduis-moi dans la voie droite, à cause de mes ennemis.
Ne me livre pas au désir de mes adversaires, car de faux témoins et des gens qui respirent la violence se sont levés contre moi, .
Si je n’avais pas eu la confiance que je verrais la bonté de l’Éternel dans la terre des vivants…
Attends-toi à l’Éternel ; fortifie-toi, et que ton cœur soit ferme. Oui, attends-toi à l’Éternel."


Ce psaume se divise en deux parties très distinctes.
La première partie exprime une confiance bannissant toute crainte (versets 1 à 6) et la seconde est la supplication d’un homme dans la détresse (versets 7 à 14).
Cet ordre surprend car on comprendrait mieux que l’accent du triomphe se fasse entendre après celui de la supplication, comme résultat de la prière de la foi.
Mais dans la pratique, la vie donne souvent raison au psalmiste.
Des versets 1 à 3, la victoire est certaine, même si le danger est pressenti, car il paraît être encore éloigné, et le croyant, fort de ses expériences passées, ne craint rien.
Puis la foi sereine et joyeuse passe par un moment de crise, lorsqu’elle se trouve face à face avec le danger.
Elle a besoin, pour rester victorieuse, de passer par un temps de supplication dans la prière, où toutes les émotions et les doutes dont dévoilés.

Dans les deux premiers versets, le psalmiste proclame qui est Dieu (Lumière - Salut) et quelles conséquences cela engendre pour lui (Pas de peur - de la Confiance).
Puis, il prie (je demande...) en déclarant son désir ultime de communion éternelle avec Dieu (pour Habiter - Contempler - Admirer) aux versets 4 et 5.
Ensuite il passe par un temps de louange au verset 6. (Ma tête s'élève, je chanterai, je célèbrerai...)

Au verset 7, tout semble avoir basculé.
Le chant joyeux fait place à un cri d’appel.
Le danger est devenu imminent et une prière de supplication pleine d'émotions et de confusion s'élève soudain. (Ne me cache pas... ne me repousse pas... ne m'abandonne pas... ne me livre pas... Ne me laisse pas...)
Ces injonctions négatives ne correspondent pas au caractère de Dieu.
Elles plutôt démontrent la panique et le doute du Psalmiste, qui au verset 13 ne finit même pas sa phrase tellement ces pensées sont horribles.
Enfin au verset 14 arrive la réponse divine démontrant la fidélité et l'amour de Dieu.

Dans ce Psaume on voit aussi un parallèle entre ce qui est divin et ce qui dépend de l'ennemi :
L'Eternel est un abri, un rocher hors d'atteinte, il est lumière, force et salut, soutien, bonté et espérance.
L'ennemi dévore et persécute, il est violent, et se présente tels des adversaires, de faux témoins, ou une armée en guerre...

Ce Psaume présente différentes formes de prières selon les circonstances.
Il nous pousse à amener toutes nos pensées captives à l'obéissance de Jésus Christ. (2 Corinthiens 10.5)
Il faut nous méfier de nos belles déclarations quand tout va bien et rester humbles. (Matthieu 26.35)
Il faut nous méfier de nos émotions aussi quand tout va mal. (Matthieu 14.30)
Nous devons nous fier à la parole de Dieu inébranlable et à notre Dieu qui est fidèle et nous rattrape quand nous sombrons...(Ésaïe 40.8)

Fémi et Sophie

Lien avec le message audio "Dans l'agitation 2" de Xavier Lavie 

lundi 25 février 2019

Le choix d'Esther



1. Introduction
Venir avec un bâton de parole.
S'en servir tout le long de cette leçon, chaque fois qu'un enfant veut parler il doit lever la main et la monitrice lui tend le bâton si elle souhaite qu'il parle. Si l'enfant parle s'en y être invité il est sanctionné sur l'échelle des sanctions.

Aujourd'hui nous allons raconter une histoire de princesses, tout comme on en trouve chez Disney.
·         Pouvez-vous me citer quelques noms de princesses ?
·         Quelle est votre préférée et pourquoi ?
·         A votre avis pourquoi les filles aiment-elles tellement les histoires de Princesses ?
Dans les films Disney les princesses sont des princesses imaginaires qui n'ont pas réellement exister.
·         Sauf 2, saurez-vous deviner lesquelles ?
Réponse : Pocahontas et Mulan.
Aujourd'hui je vais vous raconter l'histoire d'une princesse qui s'appelait Hadassa  mais que le roi a appelé Esther (ce qui signifie étoile).
·         Connaissez-vous l'histoire de Cendrillon ?
2. L'histoire de Hadassa ressemble beaucoup à celle de Cendrillon.
Il était une fois un roi très riche et très sévère qui habitait dans un riche royaume et un palais merveilleux.
Ce roi était si exigeant (sévère et dur) qu'un jour il chassa sa femme parce qu'elle n'avait pas voulu se présenter devant ses invités, lors d'un grand repas de fête.
Fâché, il décida néanmoins de rechercher une autre femme et dit à ses serviteurs : "Parcourez tout le pays et ramenez moi toutes les plus jolies jeunes filles qui vivent dans mon royaume ! Je choisirai parmi elle celle que je préfère et je me marierai avec elle !"
Les serviteurs parcourent tout le royaume et emmenèrent avec eux toutes les plus jolies jeunes filles qu'ils trouvèrent. C'était dans le pays comme un immense concours de beauté (qu'on pourrait comparer à miss France). Ils les ramenèrent au palais royal et prirent soin de toutes ces jeunes filles en leur donnant des bains de lait et de parfum, en brossant soigneusement leurs longues chevelures et en les revêtant des plus belles robes. Puis ils les conduisirent vers le roi qui devait faire son choix.
Dès qu'il aperçut Hadassa, le roi tomba amoureux d'elle.  Il la choisit, l'appela Esther (mon étoile ! peut être parce qu'elle brillait de tout éclat dans sa robe magnifique et que le roi avait des paillettes plein les yeux !).  On ne sait pas mais en tous cas, il l'épousa très vite.
Et alors que les autres jeunes filles repartirent chez elles, Hadassa fut conduite dans un appartement prévu juste pour elle, dans le palais du roi.

·         Mais qui était Hadassa ?
En réalité Hadassa était une jeune orpheline (vérifier qu'ils savent ce que cela signifie).
Autrefois, elle avait vécu avec sa famille en Israël (le pays de Dieu), mais un jour le roi de Babylone avait fait la guerre à son pays.
Ses parents étaient morts et Hadassa s'était retrouvée prisonnière avec beaucoup d'israélites.
Elle avait été emmenée de force à Babylone avec d'autres prisonniers.
Et son vieux cousin Mardochée, seul membre de sa famille prisonnier avec elle, l'avait adoptée pour qu'elle ne se retrouve pas seule dans ce pays qu'elle ne connaissait pas.
Hadassa vivait depuis plusieurs années dans ce pays avec son cousin, lorsqu'un jour les serviteurs du roi la choisirent pour sa beauté et l'emmenèrent au palais.
Hadassa était une jeune fille douce et gentille, qui ne faisait pas cas de sa beauté.
Elle était simple et modeste. C'est pourquoi les servantes du roi l'aimèrent beaucoup et prirent soin d'elle. Grâce à elles, Hadassa pouvait encore parler avec son vieux cousin aux grilles du palais, lorsqu'elle se promenait dans les magnifiques jardins.
Mardochée lui avait dit de ne surtout rien dire au sujet de son identité, (qu'elle était juive) car il craignait qu'à cause de ça elle ne soit pas choisie comme reine.

Hadassa plut tellement au roi qu'il tomba fou amoureux d'elle dès qu'il la vit.
Il l'épousa rapidement et lui donna les plus beaux vêtements et le plus bel appartement du palais afin qu'elle y vive en toute tranquillité et sécurité.
Hadassa était donc devenue la reine Esther.
Mais elle n'avait jamais révélé son secret parce qu'elle avait peur que le roi la chasse, comme il avait autrefois chassé sa première femme.
Elle savait que le roi était dur et sévère, même s'il l'avait choisi et épousé. Elle le craignait.
En plus, depuis son mariage, il n'avait pas eu le temps de la revoir, trop occupé aux affaires de son royaume. Alors Esther attendait seule avec ses servantes dans ses appartements.
Parfois elle rencontrait son vieux cousin qui venait prendre de ses nouvelles aux grilles du palais, en cachette.

Esther ne pouvait pas voir son mari comme elle le souhaitait.
Personne ne pouvait voir le roi si ce n'était pas lui qui l'avait demandé.
S'il voulait voir quelqu'un il lui tendait son sceptre d'or ; s'il refusait de voir quelqu'un il pouvait tuer cette personne…
Ce roi faisait peur !
Mais un jour, le vieux cousin Mardochée apprit à Esther que le roi avait écrit une loi selon laquelle tous les juifs devraient être tués.
En fait cette loi avait été écrite par Haman le premier ministre du roi qui détestait Mardochée.
Haman était très orgueilleux ; il voulait que tout le monde fasse la révérence devant lui ; mais Mardochée ne voulait pas s'agenouiller devant lui. Il voulait seulement s'agenouiller devant son Dieu, le vrai Dieu, le Dieu d'Esther, que Haman et le roi ne connaissaient pas.

Quand Esther apprit la nouvelle, elle eut très peur !
Si tous les juifs allaient être tués, son vieux cousin Mardochée serait tué… tous ses amis aussi seraient tués…
·         Et elle ? Allait-elle échapper au massacre ? Devait-elle encore taire son secret alors que tout son peuple allait être tué ?
·         Qu'auriez-vous fait à sa place ?
·         Dites-vous à vos amis que vous êtes chrétien ? Avez-vous peur de leur dire ? Pourquoi ?
·         Doutez-vous de l'amour de Dieu, le roi des rois ?

Esther était devant un choix terrible ! Se taire et laisser tout son peuple mourir ou aller voir le roi pour réclamer sa bonté envers son peuple.
Si le roi l'aimait tant, peut être sauverait-il tout son peuple du massacre… Esther en doutait.
Le roi semblait l'avoir oubliée puisque depuis son mariage elle ne l'avait plus revu.
En plus, elle ne pouvait aller le voir sans y être invitée.

·         A votre avis, Esther avait-elle assez de courage pour surmonter sa peur d'être tuée avec tous les juifs ? Comment allait-elle faire ?

Elle n'était pas courageuse et avait très peur du roi, mais quand Mardochée lui dit : "Si tu refuses d’intervenir dans les circonstances présentes, les Juifs recevront de l’aide d’ailleurs et ils seront sauvés. Toi, par contre, tu mourras et ce sera la fin de ta famille. Mais qui sait? Peut-être est-ce pour faire face à une telle situation que tu es devenue reine." Esther 4.14 
Elle a comme un déclic et décida d'agir en faveur de son peuple.
Elle a compris une chose, à ce moment là : c'est que le hasard n'existe pas et que Dieu est souverain, il a tout prévu. Il nous a tous créés pour une raison spéciale et avec les talents nécessaires pour accomplir son plan. Rien n'échappe à Dieu, il voit tout et connait tout !
A partir de ce moment Esther va aller au-delà de ses peurs et de ses limites. Plus rien ne l'arrêta ! Elle plaça sa foi en Dieu et elle était convaincue qu'il serait avec elle.
Elle ne s'est pas appuyée sur sa place de reine ni sur sa beauté.
Elle n'avait pas d'orgueil d'être devenue princesse ou d'être la plus belle du pays, elle avait toujours peur de son mari, le roi de Babylone, mais elle se dit que Dieu était bien plus fort que ce méchant roi et que si elle était devenue reine ce n'était pas pour rien.
Elle devait sauver son peuple, elle devait déjouer les méchants plans du vilain premier ministre Haman ! Elle devait aller voir le roi et lui demander de ne pas faire tuer son peuple.
Alors elle pria avec toutes ses servantes et aussi Mardochée.

Et vous quand vous avez peur que faites-vous ? Sur qui vous appuyez-vous ?
Qui vous redonne du courage ?

Sans y être invitée, et au risque de mourir, Esther alla voir le roi.
Dieu, quoique invisible l'accompagnait et la protégeait.
Elle invita le roi à un diner et invita aussi le méchant premier ministre.
Ravi, le roi accepta sa demande et lui promit même de lui offrir tout ce qu'elle voudrait.
Il vint avec son premier ministre au diner préparé par Esther et elle lui expliqua qu'elle était juive et qu'un complot avait été mis en place contre son peuple pour le tuer.
Le roi voulut savoir qui avait comploté ce massacre et Esther montra Haman du doigt.
Quand il connut la vérité, le roi se mit dans une colère folle et décida de faire tuer Haman dès le lendemain.  Et savez-vous qui le remplaça comme premier ministre ? Mardochée !
Ainsi se termine l'histoire d'Esther qui vécut heureuse de nombreuses années avec son peuple dans le royaume du roi de Babylone. Elle n'était pas devenue reine pour rien !!!

Activités
·         Parcours yeux bandés avec obstacles et un ami qui guide pour surmonter les obstacles.
Les obstacles symbolisés par des coussins auront chacun un nom donné par les enfants.
Noms de choses qui leur font peur…
·         Pour un retour au calme, dessiner le visage du roi comme un masque qui fait peur.
Demandez si les enfants connaissent quelqu'un qui a cette tête et qui leur fait peur.