dimanche 20 décembre 2020

Romains 10.6-11

Romains 10. 

6 “Pourquoi te proposer l’impossible? Pourquoi vouloir escalader le ciel?” Le Christ n’en est-il pas descendu?
7  Pourquoi te demander: “Qui ira dans l’abîme?” Le Christ n’est-il pas ressuscité des morts?
8  Que dit donc la justice reçue par la foi? “La Parole de Dieu est toute proche de toi, elle est dans ta bouche et dans ton cœur”. Or, il ne s’agit de rien d’autre que de la Parole que nous annonçons et à laquelle il suffit de croire.
9  En effet, si de “ta bouche”, tu professes: “Jésus est Seigneur”, et si, de tout “ton cœur”, tu crois que Dieu l’a ressuscité des morts, tu seras sauvé,
10  car celui qui, de tout son cœur, a placé sa confiance en Dieu, a été déclaré juste par lui. Celui qui, de sa bouche a rendu témoignage à sa foi, Dieu l’a sauvé.
11  C’est aussi ce que dit l’Ecriture: “Quiconque attend tout de Dieu et place en lui sa confiance ne sera pas déçu”.

Ce qui nous a touchés dans ce passage des Écritures, c'est que Christ a accompli la justice pleinement, parfaitement, cela doit imprégner toute notre vie, nos paroles et nos actes. Ce qui nous a aussi touchées, c'est la puissance de la Parole de Dieu.

Verset 6

Deutéronome 30.11-14 "Ce commandement que je te prescris aujourd’hui n’est certainement point au-dessus de tes forces et hors de ta portée. Il n’est pas dans le ciel, pour que tu dises : Qui montera pour nous au ciel et ira nous la chercher, qui nous le fera entendre, afin que nous le mettions en pratique ? Il n’est pas de l’autre côté de la mer, pour que tu dises : Qui passera pour nous de l’autre côté de la mer et ira nous la chercher, qui nous le fera entendre, afin que nous le mettions en pratique ? C’est une chose, au contraire, qui est tout près de toi, dans ta bouche et dans ton cœur, afin que tu la mettes en pratique."

Depuis l'ancienne alliance, Dieu a mis Sa Parole à la portée de son peuple. Il l'a mis dans notre bouche et dans notre cœur pour la rendre  accessible. 

1 Jean 5.3 "L’amour de Dieu consiste à garder ses commandements. Et ses commandements ne sont pas pénibles."

Proverbes 30.4-6 "Qui est monté aux cieux, et qui en est descendu ? Qui a recueilli le vent dans ses mains ? Qui a serré les eaux dans son vêtement ? Qui a fait paraître les extrémités de la terre ? Quel est son nom, et quel est le nom de son fils ? Le sais-tu ? Toute parole de Dieu est éprouvée. Il est un bouclier pour ceux qui cherchent en lui un refuge. N’ajoute rien à ses paroles, De peur qu’il ne te reprenne et que tu ne sois trouvé menteur."

La Parole de Dieu est suffisante.


Versets 8-9

Matthieu 12.34 "Comment pourriez-vous dire de bonnes choses, méchants comme vous l’êtes ? Car c’est de l’abondance du cœur que la bouche parle."

Luc 6.45 "L’homme bon tire de bonnes choses du bon trésor de son cœur, et le méchant tire de mauvaises choses de son mauvais trésor ; car c’est de l’abondance du cœur que la bouche parle."

Confesser = homologeo en grec = être à l'unisson avec la Parole

Quelle est donc cette parole de la foi, cette voie du salut ? Celle-ci : Si tu confesses de ta bouche le Seigneur Jésus, et si tu crois dans ton cœur que Dieu L’a ressuscité d’entre les morts, tu seras sauvé. Voilà le chemin du salut. Il implique deux choses : d’abord confesser de notre bouche, ensuite croire dans notre cœur. Si nous confessons de notre bouche sans croire dans notre cœur, nous sommes menteurs. Si nous pensons croire mais que nous ne confessions pas Christ de nos lèvres, nous nous séduisons nous-mêmes, et notre foi est trompeuse. Une personne ne peut être sauvée que si elle est prête à confesser de sa bouche que Jésus est Seigneur. Celui qui se prétend chrétien en secret, qui affirme avoir accepté Jésus dans son cœur mais refuse de Le confesser devant les hommes, celui-là n’est pas un vrai chrétien.

 

Verset 10

 L’apôtre transforme la déclaration du verset précèdent en un principe général. Il revient à l’ordre dans lequel les deux actes se succèdent: la foi du cœur d’abord, puis la confession de la bouche. Justice et salut ne sont pas deux termes synonymes, qui seraient employés seulement pour imprimer à la phrase le parallélisme poétique.
Le salut est le but; la justice, ou justification, est la condition du salut et le gage donné au croyant qu’il y parviendra. {Ro 5:9,10 } Car la justification qui ne produirait pas le salut c’est-à-dire la délivrance finale du péché et de la mort, ne serait pas la vraie justification.
De même, il y a corrélation entre croire et confesser: toute foi qui ne s’affirmerait pas par la confession ne serait pas une foi authentique. "J’ai cru c’est pourquoi j’ai parlé."
L’apôtre montre de quelle importance la confession de la foi est pour l’Eglise et pour chaque chrétien, en nous la présentant ici comme une partie intégrante de l’œuvre du salut et en faisant de la fidélité à confesser une condition, la seule qu’il énonce, pour parvenir au salut.
C’est bien ainsi que l’entendait l’Eglise des premiers siècles, puisque, même dans les temps où la confession emportait le sacrifice de la vie, elle excluait de son sein ceux qui n’avaient pas le courage de rendre ce témoignage.

Paul dit qu’ayant cru dans notre cœur, nous parvenons à la justice, et qu’ayant confessé de notre bouche, nous parvenons au salut. Ce ne sont pas deux états différents. La foi et la confession vont ensemble, comme la justification et le salut. Ayant cru, nous confessons notre foi. Ayant été justifiés, nous recevons le salut. Ces choses sont inséparables.


Verset 11

Ésaïe 28.16 "C’est pourquoi ainsi parle le Seigneur, l’Eternel : Voici, j’ai mis pour fondement en Sion une pierre, une pierre éprouvée, une pierre angulaire de prix, solidement posée ; Celui qui la prendra pour appui n’aura point hâte de fuir."

Romains 9.33 "Voici, je mets en Sion une pierre d’achoppement Et un rocher de scandale, Et celui qui croit en lui ne sera point confus."

2 Timothée 1.8 "Mais souffre avec moi pour évangile, par la puissance de Dieu qui nous a sauvés, et nous a adressé une sainte vocation, non à cause de nos œuvres, mais selon son propre dessein, et selon la grâce qui nous a été donnée en Jésus-Christ avant les temps éternels, et qui a été manifestée maintenant par l’apparition de notre Sauveur Jésus-Christ, qui a détruit la mort et a mis en évidence la vie et l’immortalité par évangile."

Celui qui a la foi n'est pas confus, honteux ou désillusionné. 

Que Dieu guide nos prières et nous dirige dans sa Parole et que nous puissions méditer sa Parole avec persévérance et discipline.

Être à l'unisson avec la Parole empêche les dérives, les doutes, la confusion, les espoirs trompés et la honte. D'où l'importance d'une bonne orthodoxie et d'une bonne orthopraxie.

La Parole de Dieu engendre la foi et la fortifie.

Matthieu 4.4 "L’homme ne vivra pas de pain seulement, mais de toute parole qui sort de la bouche de Dieu."

Dans ce monde chaotique, où règne la confusion, où les faux docteurs et les faux prophètes se répandent en foules ainsi que les hérésies, les mensonges et l'ignorance, nous devons nous enraciner dans la Parole de Dieu et nous accrocher à la Vérité.

Jean 17.17 "Sanctifie-les par ta vérité : ta parole est la vérité."

Psaume 1.1-2 "Heureux l’homme qui ne marche pas selon le conseil des méchants, qui ne s’arrête pas sur la voie des pécheurs, et qui ne s’assied pas en compagnie des moqueurs, mais qui trouve son plaisir dans la loi de l’Eternel, Et qui la médite jour et nuit !" 

Josué 1.8 "Que ce livre de la loi ne s’éloigne point de ta bouche ; médite-le jour et nuit, pour agir fidèlement selon tout ce qui y est écrit ; car c’est alors que tu auras du succès dans tes entreprises, c’est alors que tu réussiras."

Sophie et Fémi - 18 décembre 2020